Nevermind : la révolution musicale des années 1990

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=hTWKbfoikeg]

Nevermind, ce fut la troisième révolution.

Par Philippe Rezzonico

La première, durant les années 1950, fut celle d’Elvis, de Chuck Berry et de Little Richard. Le rock n’ roll naissant, cette musique du diable, fut l’émancipation de la jeunesse de l’après-guerre. Une musique « d’hystériques » qui aura fait peur aux parents et à l’église.

Comme tout est affaire de cycles, la seconde révolution, vingt ans plus tard, fut celle des Sex Pistols, des Clash et autres Ramones. Quand le mouvement punk a envoyé paître l’establishment, botté le cul aux Peace and Love, au mouvement progressif, et décrété que c’était « No future !».

Lire la suite

La renaissance de la franchise des X-Men

X-Men : First Class situe l’action à l’époque où Charles Xavier (James McAvoy) et Erik Lehnsherr (Michael Fassbender) n’étaient pas encore respectivement le Professeur X et Magneto. Photo courtoisie

« À mes yeux, c’était évident qu’il y avait des adultes qui pouvaient être intéressés par nos histoires complexes, sans perdre pour autant nos lecteurs friands de gomme à mâcher ».

Par Philippe Rezzonico

La phrase est de Stan Lee, en introduction au chapitre portant sur les X-Men dans son bouquin Son of Origins (1975). Le réalisateur Matthew Vaughn l’a apprise par cœur avant de tourner X-Men : First Class. Retour en grâce pour la franchise après X-Men : The Last Stand et X-Men Origins – Wolverine.

Lire la suite

Un dieu du Tonnerre du tonnerre

Chris Hemsworth (Thor) et Anthony Hopkins (Odin) dans une scène du film Thor. Photo courtoisie

De tous les univers nés dans l’imaginaire fécond de Stan Lee, bien peu étaient aussi ardus à transposer au grand écran que celui de Thor. Les moyens techniques actuels et un réalisateur britannique ont mené à bien cette tâche.

Par Philippe Rezzonico

En optant pour Kenneth Branagh (Hamlet, Henry V), un monsieur féru de Shakespeare, les studios Marvel avaient le type idéal pour recréer l’illustré farci d’anglais « british » qui a dû faire sursauter plus d’un gamin américain dans les années 1960.

Lire la suite