Un dieu du Tonnerre du tonnerre

Chris Hemsworth (Thor) et Anthony Hopkins (Odin) dans une scène du film Thor. Photo courtoisie

De tous les univers nés dans l’imaginaire fécond de Stan Lee, bien peu étaient aussi ardus à transposer au grand écran que celui de Thor. Les moyens techniques actuels et un réalisateur britannique ont mené à bien cette tâche.

Par Philippe Rezzonico

En optant pour Kenneth Branagh (Hamlet, Henry V), un monsieur féru de Shakespeare, les studios Marvel avaient le type idéal pour recréer l’illustré farci d’anglais « british » qui a dû faire sursauter plus d’un gamin américain dans les années 1960.

Lire la suite

Le cinéma en plein air d’Arcade Fire

Win Butler, Richard Parry et leurs compères du groupe Arcade Fire ont livré un spectacle dynamité sur la Place des festivals. Photo d’archives courtoisie Catherine Lefebvre

Histoire de faire la transition d’un spectacle dénudé de production offert à 2400 personnes au Métropolis mercredi soir, Arcade Fire avait décidé de faire son cinéma, jeudi, face à une marée grouillante de quelque 75, 000 personnes sur une Place des festivals nettement trop petite pour l’occasion.

Par Philippe Rezzonico

C’était inscrit sur l’écran géant central qui surplombait la scène du côté Nord de la rue Jeanne-Mance : « Coming Soon, Arcade Fire », sur une reproduction de marquise digne d’un vieux cinoche ou du défunt Spectrum. Sentiment renforcé par l’autre écran géant qui faisait face à l’esplanade de la Place des Arts, où un bon tiers de la foule monstre avait pris place pour apprécier la performance.

Lire la suite

Arcade Fire à sa juste valeur

Régine Chassagne, Tim Kingsbury et leurs copains étaient dans une forme exemplaire mercredi soir. Photo d’archives courtoisie Catherine Lefebvre

« Who the fuck is Arcade Fire ? », pouvait-on lire, hier, sur les t-shirts vendus au kiosque à souvenirs du Métropolis, où Arcade Fire a fait salle archi-comble dans le cadre de sa prestation au festival Pop Montréal.

Par Philippe Rezzonico

Ce t-shirt au slogan férocement cynique, c’est, évidemment, un dérivé de la réaction de milliers d’internautes en février dernier, lorsque le collectif avait remporté à quelques jours d’intervalle le Grammy du meilleur album de l’année et le Brit Awards remis au meilleur disque international.

Lire la suite

Café de Flore: l’amour qui transcende les êtres et le temps

Vanessa Paradis est intense à souhait dans son rôle de mère courage. Photo courtoisie Alliance.

L’amour, le thème le plus universel qui soit, peut s’exprimer de diverses façons. Jean-Marc Vallée en a choisi deux pour illustrer la trame narrative de Café de Flore : celui, exclusif, maternel et quelque peu excessif d’une mère pour son fils trisomique, et celui, perdu et inoubliable d’un homme pour un amour d’adolescent qui devait durer toute une vie.

Par Philippe Rezzonico

Le réalisateur de C.R.A.Z.Y., qui agit ici à titre de scénariste et réalisateur, brosse le portrait d’une mère protectrice (Vanessa Paradis, Jacqueline) et d’un DJ de classe internationale fragile (Kevin Parent, Antoine) dans des pays et des espace-temps différents : Paradis, dans le Paris du tournant des années 1960-70 ; Parent, dans le Québec d’aujourd’hui.

Lire la suite

Comics: un hobby devenu dispendieux avec le temps

C’était à l’hôtel Delta situé le long des autoroutes montréalaises, au milieu des années 1980. Lors d’un conventum de comics américains, comme il y en avait deux par année dans ce temps-là.

Par Philippe Rezzonico

Face à un marchand qui avait en sa possession des illustrés remontant aux années 1940 et 1950,  un père de famille dans la quarantaine, accompagné de son fils d’une dizaine d’années, a acheté cinq exemplaires d’Action Comics, la série qui avait lancé Superman. Pas vu quels numéros précisément, mais il n’y avait que deux chiffres sur les couvertures (donc, avant le numéro 100) et ils étaient dans une condition exemplaire.

Lire la suite

Finalement de retour après la pause…

Pas question de mettre un terme à 26 années de métier après la fin de l’aventure de Rue Frontenac.com. Voilà donc Rue Rezzonico.com, dont le nom est, bien sûr, inspiré du site original de Rue Frontenac (janvier 2009-juin 2011) et d’un certain groupe de musique qui porte également un nom de rue (E Street Band). Pour le reste, on va causer musique, cinoche, bouquins et de pas mal d’autres choses avec ferveur, rigueur et passion, comme toujours. Bonne visite.

Sonny Burgess et l’expérience Sun Records

Sonny Burgess et Kern Kennedy

Sonny Burgess et Kern Kennedy: environ 160 ans de vécu pour un solo de piano à quatre mains.

Sonny Burgess et ses Pacers ont annoncé la couleur dès qu’ils ont pris pied sur la scène du Lion d’Or. Au sens propre et figuré. Rouge, la couleur. Comme celle de leurs vestons et cravates. La couleur du Diable et de sa musique, le rock n’ roll, qui est né quand Sonny et ses potes avaient 25 ans et que cette appellation musicale n’était pas encore officiellement certifiée.

Par Philippe Rezzonico

Il y a beau s’être écoulé plus de cinq décennies depuis que Sonny et son pianiste Kern Kennedy ont pris place dans les studios de Sun Records pour enregistrer les furieuses We Wanna Boogie et Red Headed Woman au printemps1956, personne n’a perçu de différence entre les enregistrements studios légendaires et les versions dynamitées que l’on a pris dans la gueule lors de cette neuvième édition du Red Hot & Blue.

Lire la suite

Huelyn Duvall: la récréation n’est pas terminée

Huelyn Duvall au Red Hot & Blue Week-end

Bon pied, bon oeil, Huelyn Duvall a livré la marchandise avec Three Months To Kill et ses autres compositions des années 1950.

Huelyn Duvall. Même pour un fan de la musique des années cinquante, le nom ne résonne évidemment pas comme ceux d’Elvis, Chuck Berry et de Little Richard. Même pas comme ceux de Gene Vincent et Larry Williams.

Par Philippe Rezzonico

Mais Duvall était là. Dès 1957. Sur étiquette Challenge. À Nashville. L’une des Mecques de l’état du Tennessee. L’autre étant Memphis. Il y avait d’ailleurs des copains d’Elvis lors de ses enregistrements d’antan de 1957 et 1958, notamment le guitariste Hank Garland, le pianiste Floyd Cramer ainsi que les Jordanaires. Rien que ça.

Lire la suite