Bruce Springsteen et le E Street Band à Paris : Made In France

Bruce Springsteen et Max Weinberg. Photo Creative Commons.

PARIS – Les lumières s’éteignent, la foule hurle, mais ce n’est pas Bruce Springsteen qui se pointe. Dans le faisceau de lumière, on reconnaît Roy Bittan et Charles Giordano, accordéons en mains. Quelques notes…. Oui, c’est bien La vie en rose. Plus qu’un clin d’œil… Un 4 juillet, ça voulait dire que tout pouvait arriver. Et tout est arrivé. Deux soirs durant.

Par Philippe Rezzonico

Ça aura justement duré sept heures au total, cette escale de deux soirs de la tournée Wrecking Ball au Palais omnisport de Paris-Bercy : 3h23 le premier et 3h37 le deuxième. Des amateurs ont chronométré ça à la seconde près… À ce stade, ce ne sont même plus des shows marathons. Un marathonien gagne généralement sa course en deux heures et des poussières.

Lire la suite

FIJM, jour 10: Norah Jones ne cause pas, mais elle chante…

Norah Jones a présenté son spectacle à la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts. Photo courtoisie FIJM/Denis Alix

J’ai vu le spectacle de Sophie Milman jeudi et je suis allé voir celui de Norah Jones samedi soir. La différence? Sophie, c’est celle que la mère veut comme belle-fille, Norah c’est celle que le gars veut, malgré qu’elle paraisse inaccessible. Je parle de musique, évidemment. Puis, je suis allé terminer ma soirée et mon festival avec les mauvais garçons du Rat Pack is Back. Belle façon de clore le tout.

Par Richard Bousquet

Le spectacle de Norah Jones peut se résumer à la livraison de 21 compositions dont sept tirées de son dernier album Little Broken Hearts, certaines plus magnifiques que d’autres, avec ses quatre comparses – guitare, basse, claviers et batterie – en près d’une heure trente. Madame n’est pas jasante – un «merci» au début, un «vous avez du plaisir au festival de jazz?» au tiers, une anecdote sur son chien aux deux tiers et un «merci d’être là» vers la fin – mais elle sait jouer et chanter.

Lire la suite