Blues à chaleur variable avec Buddy Guy et Colin James

Buddy Guy. Photo courtoisie FIJM/Benoit Rousseau

Buddy Guy. Photo courtoisie FIJM/Benoit Rousseau

« DAWN RIGHT I’VE GOT THE BLUES!!! » Excusez l’usage excessif des majuscules, mais la première phrase chantée par Buddy Guy, samedi, en clôture du 40e Festival international de jazz de Montréal était d’une telle puissance que nous avons tous fait le saut dans les confortables sièges de la salle Wilfrid-Pelletier.

Par Philippe Rezzonico

Puissance vocale intacte, donc, pour le bluesman qui aura 83 ans le 30 juillet, mais le tout doublé d’une dextérité que l’on pourrait qualifier de phénoménale pour un guitariste. C’est comme si l’Américain qui a reçu le prix B.B. King des mains d’André Ménard n’avait jamais perdu de flexibilité dans les mains et qu’il n’avait jamais souffert des petits bobos qui viennent avec l’âge, notamment l’arthrose ou l’arthrite.

Lire la suite