Plaisirs coupables avec Bryan Ferry et Judith Owen

Bryan Ferry, lundi, au théâtre St-Denis/Facebook Jean Garon

Bryan Ferry, lundi, au théâtre St-Denis/Facebook Jean Garon

Il y a deux plaisirs coupables pour un critique musical : aller voir un artiste pour lequel nos attentes sont très élevées et réaliser que le spectacle a été à la hauteur de celles-ci et aller voir un concert envers lequel nous n’avons guère d’attentes et que ces dernières soit comblées.

Par Philippe Rezzonico

Étonnamment, on a vécu les deux moments, lundi soir, lors du spectacle de Bryan Ferry au théâtre St-Denis qui mettait en vedette Judith Owen en première partie.

Lire la suite

Bob Dylan, le prix Nobel de littérature, au Centre Bell

Bob DylanLe prix Nobel 2016 de littérature sera au Centre Bell le 30 juin prochain, durant le Festival international de jazz de Montréal. On parle, bien sûr, de Bob Dylan, qui ne s’est pas produit à Montréal depuis le mois de novembre 2012.

Par Philippe Rezzonico

Ce énième passage du Never Ending Tour de l’Américain chez nous sera son deuxième au FIJM, après une présence à la Place des Arts en 2007, quand le festival lui avait remis le Spirit Award.

Lire la suite

MEL: le côté brouillon de Rickie Lee, l’exellence de Madeleine

Madeleine Peyroux et Rickie Lee Jones. Photo courtoisie MEL/Benoit Rousseau

Madeleine Peyroux et Rickie Lee Jones. Photo courtoisie MEL/Benoit Rousseau

Billy Talent au Centre Bell, Ariane Moffatt avec l’OSM à la Maison symphonique, Rickie Lee Jones et Madeleine Peyroux en programme double, Valaire au Club Soda… Ouf! Un 1er mars avec des allures de 28 juin en mode festival, finalement.

Par Philippe Rezzonico

Je me dis que je vais d’aller voir Rickie Lee Jones et que je vais rappliquer à Valaire, quitte à manquer quelques minutes. Ça sera mon programme double de la soirée. On ne peut être partout quand la ville Montréal est en mode festival. En lumière, en l’occurrence.

Lire la suite

Party de Saint-Valentin 40e anniversaire à Auckland

Les B-52's ont célébré 40 ans de scène en Nouvelle-Zélande. Photo FB Simple Minds

Les B-52’s ont célébré 40 ans de scène en Nouvelle-Zélande. Photo FB Simple Minds

AUCKLAND, Nouvelle-Zélande – Le courriel du rappel du concert à venir pour le lendemain était dans la boîte du spectacle. Banal. Peu importe où tu vas voir un spectacle sur la planète, tu reçois ce genre de message la veille d’un concert.

Par Philippe Rezzonico

Sauf que cette fois, ce n’était pas pour le simple rappel et les indications pour se rendre à l’aréna. On y apprenait que l’ordre des groupes de la tournée commune de Simple Minds et des B-52’s sera inversé pour le concert du 14 février au Vector Arena, à Auckland.

Lire la suite

Born To Run Down Under

Photo-EndroitMELBOURNE – Cela a commencé avec l’achat de billets lors d’une nuit du mois de novembre. En fait, ça commence toujours avec l’achat de billets, mais quand ça se produit dans la nuit, ça veut simplement dire que la destination finale n’est pas dans le même fuseau horaire que New York ou Boston.

Par Philippe Rezzonico

Deux mois plus tard, première escale de ce trio de concerts de Bruce Springsteen et de son E Street Band en Australie, au AAMI Park, de Melbourne. Suivez le guide.

Lire la suite

Chicago/Earth Wind and Fire: à deux, c’est mieux

Le groupe Chicago/Chicagotheband.com

Le groupe Chicago/Chicagotheband.com

Un groupe de Blancs venu de la ville des vents. Un groupe de Noirs dont les symboles sont la Terre, le vent et le feu. À bien égards, Chicago et Earth Wind and Fire s’adressaient à des publics forts différents, quand ils ont vu le jour, au tournant des années 1960 et 1970.

Par Philippe Rezzonico

Plus de 45 ans plus tard, le pop rock teinté d’effluves jazz de Chicago et la musique pop soul baignant dans le funk d’Earth Wind and Fire ont rejoint un même public universel et multiculturel.

Lire la suite

The Kills : les deux font la paire… explosive

Jamie Hince et Alison Mosshart/The KillsTV

Jamie Hince et Alison Mosshart/The KillsTV

Elle, c’est l’Américaine Alison Mosshart, qui est aussi, occasionnellement, la voix du groupe The Dead Weather, fondé par Jack White. Lui, c’est l’Anglais Jamie Hince. Ensemble, ils forment le duo The Kills, dont le plus récent disque Ash & Ice, a vu le jour au mois de juin.

Par Philippe Rezzonico

Et comme on l’a vu mercredi soir au Métropolis, quinze ans après leur formation, Mosshart et Hince font encore la paire : duo fusionnel, complémentarité exemplaire et complicité totale.

Lire la suite

Géants, ces jeunes

young-the-giantEn cette ère jetable de la musique où une certaine frange de l’industrie tente de survivre, il est toujours franchement intéressant de voir des jeunes groupes nés au 21è siècle attirer avec constance un public fidèle à chacun de leurs passages sur nos terres.

Par Philippe Rezzonico

C’est le cas des Californiens de Young The Giant, que l’on a pu applaudir au festival Osheaga il y a deux ans où dans ce même Métropolis, il y a quelques années, où ils offraient leur prestation, mardi soir.

Lire la suite

Osheaga Jour 1: Red Hot Chili Peppers, Elle King, The Wombats, Dear Rouge et Kaleo

Des Red Hot Chili Peppers avec du piquant. Photo courtoisie envenko/Pat Beaudry

Des Red Hot Chili Peppers avec du piquant. Photo Twitter Festival Osheaga

Pour la quatrième année de d’affilée, le festival Osheaga affiche complet avant même qu’une note de musique ne soit jouée.  Fidèle à une méthode qui a fait ses preuves lors des dix précédentes éditions de l’événement, on essaie d’en voir le plus possible.

Par Philippe Rezzonico

Au menu de cette première journée : Dragonette, Kaleo, Elle King, Dear Rouge, Wolf Parade, The Wombats, Bloc Party, Cypress Hill, Half Moon Run et Red Hot Chili Peppers.

Lire la suite

Paul McCartney, en personne… à Hamilton

Paul McCartney One on OneHAMILTON – La qualité de l’écran du panneau indicateur du FirstOntario Centre (anciennement le Copps Coliseum) remonte à l’époque de l’ordinateur Commodore 64. Ou presque… Les portes d’accès à l’aréna ne sont de la dimension d’une porte normale de résidence. Ce qui explique les deux files d’attentes de près d’un demi-kilomètre, l’une, le long du boulevard York, et l’autre, sur la rue Bay, parce que Paul McCartney est en ville.

Par Philippe Rezzonico

C’est une première. Jamais l’ex-Beatle n’avait donné un spectacle dans la ville industrielle canadienne avant jeudi soir. Remarquez, le Copps Coliseum n’a jamais accueilli d’équipe de hockey professionnelle de la Ligue nationale depuis sa construction non plus… Il y a des rêves qui mettent plus de temps à se réaliser que d’autres. Et d’autres, qui demeurent inassouvis à jamais.

Lire la suite