La fin des Rolling Stones ?

La tournée de stade A Bigger Bang, des Rolling Stones.

La tournée du 50e anniversaire de fondation des Rolling Stones aura finalement lieu en 2013, nous apprenait la semaine dernière le magazine du même nom, à la suite d’entrevues distinctes faites avec Mick Jagger et Keith Richards. Le guitariste résume ainsi la situation : « En définitive, nous ne sommes pas prêts. » Pardon ? On adore Keith, mais là, il se fiche de nous. Pas de doute. Il y a anguille sous les cailloux.

Par Philippe Rezzonico

Cela fait 50 ans que l’on sait que les Stones auront 50 ans en 2012. O.K. Rien n’était moins sûr après le décès de Brian Jones en 1969, l’arrestation de Keith pour possession de drogue dans les années 1970 et le schisme entre lui et Jagger dans les années 1980.

Mais depuis le grand retour sur les rails avec la tournée Steel Wheels en 1989 et les virées chaque fois plus lucratives que les précédentes dans les deux décennies suivantes, disons que l’année 2012 était encerclée sur le calendrier bien avant que la ville de Londres n’obtienne l’organisation des Jeux olympiques d’été.

Évidemment pas confirmée, cette tournée était un secret de polichinelle. Retrouvailles officieuses en catimini des Stones en 2011, annonce officielle d’un documentaire à venir, retrouvailles en studio en décembre dernier avec le bassiste d’origine Bill Wyman et informations « échappées » par Mick, Keith et Ronnie Wood au cours des derniers mois pour alimenter les rumeurs. Désignons ça comme étant les informations officielles.

Maintenant, l’histoire. Depuis 40 ans, les Rolling Stones amorcent leurs tournées en Amérique aux alentours de la rentrée. Et comme l’Angleterre va être sans dessus dessous à cause des JO durant la saison estivale et que Mick n’aime pas que quiconque vienne lui voler la vedette, ça ne faisait que renforcer la théorie d’une amorce de tournée à l’automne.

Et là, Keith dit que les Stones ne sont pas prêts, eux qui n’ont rien fait au plan collectif depuis l’été 2007. Jamais de la vie.

Résidences

Dans l’article du Rolling Stone, une source haut placée de la business confirme que les Stones ne veulent pas faire une tournée gigantesque, ne veulent pas voyager et qu’ils vont plutôt cibler des résidences : dix spectacles au O2 Arena de Londres, autant au Madison Square Garden de New York et dix autres shows au Staples Center de Los Angeles.

Pas de surprise. Tous les observateurs avaient fait cette déduction depuis que les Stones ont conclu leur tournée A Bigger Bang à Londres le même été que Prince s’offrait le O2 Arena 21 fois en trois mois.

Serait-ce moins profitable pour les producteurs ? Une évidence : il n’y aura pas 130 spectacles au compteur. Ni même 100 ou 75. Le jeu en vaut-il la chandelle pour Live Nation, AEG ou le producteur de longue date des Stones, Michael Cohl ?

Comprendre, les Stones ne peuvent pas vendre leurs billets plus chers qu’ils ne le sont déjà. Eux et Madonna vendent leurs billets les plus dispendieux dans une fourchette allant de 350 $ à 400 $. Avec une trentaine de dates, qui plus est en aréna, ça réduit de beaucoup le profit global à la ligne d’arrivée, surtout que l’on sait que Mick et ses potes vont garder la part du lion.

Mais on imagine mal un promoteur lever le nez sur les Stones qui font tout le temps salle comble, surtout dans un contexte où cette tournée serait – vraiment – la dernière. Et si une impasse était survenue récemment à une table de négociation, on se dit qu’il serait un peu hâtif de torpiller une potentielle tournée d’automne à la mi-mars. Peu probable, donc.

La santé de Richards

La même source citée par RS note qu’il y a des inquiétudes quant à la santé de Richards. Nous sommes d’accord. Tous ceux qui ont vu des spectacles des Stones durant la tournée A Bigger Bang avant et après la chute du guitariste aux Iles Fidji en 2006 ont noté la différence. Allez voir le Keith filmé dans le coffret Four Flicks (la tournée 40e anniversaire de 2002-2003) et celui immortalisé par Martin Scorsese dans Shine a Light (2006). Pas besoin d’un dessin.

Richards semblait pourtant dans une forme exemplaire selon les observateurs le 24 février dernier quand il s’est joint à Eric Clapton au théâtre Apollo pour un hommage posthume au bluesman Hubert Sumlin. Mais il est vrai qu’un spectacle ne fait pas une tournée.

Jagger le perfectionniste craint-il que son vieux compagnon ne puisse livrer la marchandise sur une base régulière? Même si c’était le cas, vu que les Stones retournent en studio sous peu – Richards l’a confirmé -, on se dit que Keith a encore plusieurs mois pour se remettre en forme. Non. Ce n’est pas ça.

Les assurances

Il y a toutefois un élément qui a circulé parmi les fans branchés du groupe depuis quelques jours. Impossible de savoir si c’est du domaine de la rumeur ou de l’information crédible, mais c’est logique et ça expliquerait ce report : personne ne voudrait assurer Keith Richards.

Les artistes et les producteurs s’assurent lors de tournées mondiales (santé, accidents, poursuites) Un musicien peut se blesser, un chanteur peut perdre la voix, être malade, une scène peut s’écrouler sur des fans, etc. Tout ça c’est déjà vu. Ces assurances coûtent une fortune. Normal pour des tournées qui coûtent des millions de dollars à mettre sur pied et qui en rapportent des millions de plus.

D’autant plus vrai que si l’idée des spectacles en résidence tient la route, cela veut dire que des milliers de fans vont devoir prendre leurs vacances à des dates hors saison pour aller voir les Stones en Angleterre ou aux Etats-Unis, demander des congés spéciaux à leurs employeurs, acheter des billets d’avions ou de train, réserver des hôtels et planifier des budgets  B & B substantiels. Non, pas Bed & Breakfest… Bière et Bouffe.

Vous imaginez un recours collectif de 17, 000 fans européens à la suite du report ou de l’annulation de huit spectacles à Londres. Je vois d’ici le montant de la poursuite… La dernière chose qu’on promoteur souhaite, c’est qu’un Keith Richards décroche après quatre ou cinq spectacles alors que des millions de dollars auront été dépensés ou investis.

On saura peut-être sous peu ce qui a engendré ce report, mais à court terme, ça demeure une très mauvaise nouvelle pour les fans des Stones. Non seulement ils ne verront pas leurs favoris cette année, mais on note que le 1er janvier 2013, Ronnie aura 65 ans, Mick et Keith en auront 69 ans, Charlie Watts aura soufflé 71 bougies et Bill Wyman – s’il se joint à sa première tournée depuis son départ en 1992 -  aura 76 ans !

On appelle ça jouer contre l’horloge.

Les commentaires sont fermés.