Bob Dylan, le prix Nobel de littérature, au Centre Bell

Bob DylanLe prix Nobel 2016 de littérature sera au Centre Bell le 30 juin prochain, durant le Festival international de jazz de Montréal. On parle, bien sûr, de Bob Dylan, qui ne s’est pas produit à Montréal depuis le mois de novembre 2012.

Par Philippe Rezzonico

Ce énième passage du Never Ending Tour de l’Américain chez nous sera son deuxième au FIJM, après une présence à la Place des Arts en 2007, quand le festival lui avait remis le Spirit Award.

Lire la suite

Chicago/Earth Wind and Fire: à deux, c’est mieux

Le groupe Chicago/Chicagotheband.com

Le groupe Chicago/Chicagotheband.com

Un groupe de Blancs venu de la ville des vents. Un groupe de Noirs dont les symboles sont la Terre, le vent et le feu. À bien égards, Chicago et Earth Wind and Fire s’adressaient à des publics forts différents, quand ils ont vu le jour, au tournant des années 1960 et 1970.

Par Philippe Rezzonico

Plus de 45 ans plus tard, le pop rock teinté d’effluves jazz de Chicago et la musique pop soul baignant dans le funk d’Earth Wind and Fire ont rejoint un même public universel et multiculturel.

Lire la suite

Le train filant à toute allure des Doobie Brothers

John McFee, arrivé en 1979, et les membres fondateurs Tom Johnston et Patrick Simmons. Photo Andrew Macpherson

John McFee, arrivé en 1979, et les membres fondateurs Tom Johnston et Patrick Simmons. Photo courtoisie Andrew Macpherson

Salle Wilfrid-Pelletier, le 5 juillet 2010. Le Steve Miller Band et The Doobie Brothers se partagent l’affiche au Festival international de jazz de Montréal. Le groupe de la Côte ouest américaine est le premier à se produire sur scène. Je me disais que j’aurais inversé les rôles. Simple question de rythme et de répertoire.

Par Philippe Rezzonico

J’avais vu juste. Tom Johnston, Patrick Simmons, John McFee et leurs collègues ont largué d’entrée de jeu leurs bombes fédératrices. Surpris par cette attaque musicale digne d’un train qui file à toute allure, la foule est restée abasourdie durant quelques chansons avant de se lever et de transformer la grande Wilfrid en salle intimiste où tout le monde a fait la fête.

En dépit de tout son talent, ce soir-là, Steve Miller s’est quelque peu fait voler le show. D’autant plus qu’il a invité Simmons – qui était déchaîné – à venir jouer trois chansons avec lui durant son set.

Lire la suite

John Fogerty: le rocker à la fougue éternelle

John Fogerty: une énergie, des chansons et une attitude empreinte de fouge. Photo courtoisie Lacce Benda

John Fogerty: une énergie, des chansons et une attitude empreinte de fougue. Photo courtoisie Lacce Benda

« Those were the best days of my life » chante Bryan Adams, dans Summer of 69. Dans les faits, la phrase s’avère plus fondée quand on parle de John Fogerty. L’été… Que dis-je… l’année 1969 a bien été celle du leader de Creedence Clearwater Revival. Et peut-être 1970, aussi, comme on l’a constaté, mardi soir, au Centre Bell.

Par Philippe Rezzonico

Du 5 janvier 1969 au 7 décembre 1970, CCR a mis en marché 5 albums (Bayou Country, Green River, Willy and the Poor Boys, Cosmo’s Factory, Pendulum) qui ont fait l’histoire :  une production effrénée d’une qualité renversante. Plus de 45 ans plus tard, les deux-tiers des chansons interprétées au Centre Bell étaient tirées de ces albums.

Lire la suite

The Cure au Centre Bell : la manière Robert Smith

The CureD’ordinaire, quand un artiste comme McCartney ou un groupe comme le E Street Band offre un concert de plus de trente chansons de tout près de trois heures, les spectateurs sortent de l’aréna repus et ravis. Il n’y a pas eu cette unanimité, mardi, quand les gens ont quitté le Centre Bell après le spectacle de The Cure.

Par Philippe Rezzonico

Après plus d’une heure, un ami notait sur mon profil Facebook qu’il avait hâte aux chansons de la période 1980-1984. Après le spectacle, un de mes frères de sang m’appelé pour me dire que Robert Smith n’avait pas besoin de passer la deuxième heure du show à s’assurer que nous allions tous demeurer assis sur nos sièges. Et une autre amie qui était déçue. Et j’en passe. Voyons ça de plus près.

Lire la suite

James Taylor : la grande classe et la classe de maître

Photo promotionnelle

James Taylor/Photo promotionnelle

Chanson française. Rien que ça… Au terme de deux heures et vingt minutes de prestation, James Taylor a conclu son passage au Centre Bell, vendredi, avec sa chanson francophone, comme s’il avait besoin de démontrer encore un peu plus son immense classe.

Par Philippe Rezzonico

Cette soirée a été bien plus qu’un magnifique spectacle de l’Américain. Les chansons de légende, l’instrumentation raffinée, les perspectives historiques et l’humour ont fait de ce spectacle une classe de maître.

Lire la suite

Duran Duran et Nile Rodgers : les machines à danser

Duran Duran et Nile Roggers: une tournée commune et des machines à tubes. Photo promotionnelle

Duran Duran et Nile Rodgers: une tournée commune et des machines à tubes. Photo promotionnelle.

Je l’admets, Duran Duran n’était pas mon groupe de chevet au début des années 1980. Les cinq beaux gosses étaient les favoris de mes amies dont la génération était bien représentée, lundi, au Centre Bell. Mais Duran Duran n’était qu’un boys band en apparence. Simon Le Bon, les trois Taylor et Nick Rhodes ont toujours été des artistes accomplis qui ne m’ont jamais déçu en spectacle.

Par Philippe Rezzonico

Quoique hier, je retournais en courant dans l’enceinte désertée par le Canadien pour une autre raison : la présence de Nile Rodgers et de sa bande de Chic avant Duran Duran, dans ce que j’anticipais comme était le meilleur amuse-gueule de l’année sur les planches.

Lire la suite

Diana Ross : efficacité suprême, plaisir écourté

Diana Ross au Madison Square Garden en 2014/YouTube

Diana Ross au Madison Square Garden en 2014/YouTube

Les journalistes qui assurent la couverture assidue des spectacles ont une qualité qui gâche parfois un peu leur plaisir : ils font leurs devoirs. Comprendre qu’ils se renseignent à fond sur les tournées qui passent et repassent dans la métropole, parfois, au point qu’ils savent à quoi s’attendre. Tant pis si l’on se prive de surprises, nous avons un travail à faire.

Par Philippe Rezzonico

Dans le cas de la tournée In the Name of Love de Diana Ross, qui faisait escale au Centre Bell, deux ans après son passage au Festival de jazz, ça impliquait de savoir si nous allions – ou pas – avoir droit sensiblement au même spectacle qu’à l’été 2014.

Lire la suite

Heart et Joan Jett: l’égal des meilleurs

Nancy et Ann Wilson à Dawson Creek il y a dix jours. Photo Facebook Heart/Anna Knowlden

Nancy et Ann Wilson à Dawson Creek il y a dix jours. Photo Facebook Heart/Anna Knowlden

Le mois de mars ramène annuellement la Journée internationale de la femme (8 mars) qui permet de mesurer les avancées, mais aussi l’immense travail qui reste à faire pour que les femmes soient traitées véritablement sur le même pied que les hommes dans nos sociétés, et ce, à tous les niveaux.

Par Philippe Rezzonico

C’était donc tout indiqué que les sœurs Ann et Nancy Wilson du groupe Heart ainsi que Joan Jett et ses Blackhearts viennent présenter leur programme double (triple avec  le duo The Mandevilles  en ouverture) Queens of Sheba au Centre Bell, ce mois-ci.

Lire la suite

Sting et Gabriel: le beau cas d’espèce

Peter Gabriel et Sting/Photo fournie par la production

Peter Gabriel et Sting/Photo fournie par la production

Intéressant cas d’espèce que l’annonce de cette tournée commune Rock Paper Scissors (roche, papier, ciseaux) de Sting et de Peter Gabriel qui fera escale dans cinq villes canadiennes à l’été 2016, dont deux au Québec (Montréal et Québec).

Par Philippe Rezzonico

Cas d’espèce, car il n’est pas courant qu’un même segment de tournée si court (21 juin-24 juillet) soit à la fois présenté en aréna et en festival, en salle et sous les étoiles. Il n’est pas rare que la tournée d’un artiste soit présentée à la fois en aréna et en stade sur une période d’un an ou deux, mais rarement en alternance aussi marquée.

Lire la suite