Osheaga, jour 1 : Soleil, chaleur, musique, fraises et congestion

Florence + The Machine a soulevé la foule en cette première journée du festival Osheaga 2012. Photo courtoisie evenko/Nick Leger.

Un soleil aussi éclatant que brûlant, plein de bonne musique et une foule monstre qui a un tantinet cherché ses repères sur un site réaménagé : la toute première «salle comble» de l’histoire du festival Osheaga aura été satisfaisante à plus d’un égard, vendredi, mais il fallait faire preuve de patience.

Par Philippe Rezzonico

Dans le métro, déjà. Vers 14h30. Bouchon dans le couloir d’accès pour la rame de la ligne jaune. Agents de sécurité. Policiers. Bon encadrement et bonne fluidité malgré tout. Suis arrivé sur le site du parc Jean-Drapeau 30 minutes plus tard pour un trajet qui en prend normalement dix.

C’était un signe de ce qui allait suivre. Loin, étaient-elles, les premières années du festival, quand une foule de 10, 000 spectateurs sauvait les meubles pour les organisateurs et qu’on se déplaçait d’une scène à l’autre en cinq minutes. La journée de vendredi affichait complet depuis la veille : 40, 000 festivaliers sur le site. Deux Centre Bell bien pleins.

Lire la suite

Festival Osheaga: complet pour vendredi!

Snoop Dogg, qui s'est rebaptisé Snoop Lion, sera à Osheaga, samedi. Photo courtoisie evenko.

Fans de musique, si vous n’avez pas déjà de billet ou de passeport en mains, inutile de vous présenter sur le site du parc Jean-Drapeau vendredi : la première journée de la septième présentation du festival Osheaga affiche complet.

Par Philippe Rezzonico

Le promoteur evenko a confirmé jeudi après-midi que la journée du vendredi 3 août faisait « salle comble ». On peut donc s’attendre à voir 40, 000 personnes sur le site au cours de cette première journée de festivités musicales.

Lire la suite

Dumas: Pas de temps à perdre

Dumas: encore de la fougue pour son nouvel album, L'heure et l'endroit. Photo d'archives. Courtoisie Catherine Lefebvre.

La dernière fois, il nous avait fait pénétrer dans le processus de création avec mini-albums et spectacles avant la parution de l’album Traces. Cette fois, hormis un extrait, nous avons découvert la totalité des nouvelles compositions de L’heure et l’endroit le jour du lancement. Deux façons de faire aux antipodes : un seul Dumas. Plus confiant que jamais d’être à l’heure à ses rendez-vous.

Par Philippe Rezzonico

«Au plan de la démarche, c’est évident que je ne voulais pas me répéter», explique l’artiste qui a lancé son disque lundi, à La Tulipe, en interprétant en totalité les nouvelles chansons dans l’ordre séquentiel du disque physique. « Mais au niveau de la musique, ça avait aussi toute son importance.»

Lire la suite