Les 51èmes de Frank: la machine infernale du Dr. Argue

 

Darcy-Infernal MachinesSi la Société secrète du compositeur Darcy James Argue avait pensé passer encore inaperçue après la parution de son premier album enregistré en studio, c’était raté.

Par François Vézina

C’était raté parce la machine infernale du docteur Argue récolta une nomination aux Grammy et une autre aux Juno.

Lire la suite

Le palmarès de Frank: les Vigeant 2016

Fred Hersch-Sunday NightMalgré les aléas de la distribution qui, à l’exception de quelques maisons actives comme ECM, obligent souvent le jazzophage à chercher les albums qui l’intéressent sur l’internet, la musique improvisée ne s’est pas trop mal portée en 2016.

Par François Vézina

En voici mon palmarès personnel nommé «les Vigeant» en l’honneur du pote qui m’a fait découvrir le jazz.
Lire la suite

Les 51èmes de Frank: l’art de siffler dans la meute

muhal-blu-blu-bluA la fois concertant et déconcertant, cet album s’inscrit fort bien dans la lignée de l’oeuvre de Muhal Richard Abrams, un compositeur qui aime faire éclater les conventions pour créer un univers bien personnel tout à fait captivant.

Par François Vézina

Oeuvre concertante, car le compositeur met en son un fougueux dialogue entre un instrument et sa grande formation. Oeuvre déconcertante, car l’instrument en question est… le sifflement.

Lire la suite

La bousculade des 51èmes de Frank

Photo YouTube

                                                                                                                                                  Photo YouTube

En juillet 2012, l’hôte de ce blogue, parti à la chasse aux concerts européens de Bruuuuuce!, si ma mémoire est fidèle, m’invita en ce lieu pour que je relate quelques concerts du Festival international de jazz de cette année-là.

Par François Vézina

Se doutait-il qu’il venait de créer un monstre?

Lire la suite

Les listes de Frank: 12 +1=2015…

Steve ColemanFidèle au poste, voici la cinquième édition des prix Vigeant (la troisième en ces lieux renommés), mon palmarès personnel de la musique jazz de la dernière année.

Par François Vézina

Détail: je dois reconnaître que mon cœur a fortement balancé entre deux candidats pour le titre de l’album de l’année…

Lire la suite

Les listes de Frank: quand Brel, Ferré et Brassens jazzent

Ils y ont mis du temps, mais depuis une dizaine d’années, les jazzmen de l’Hexagone semblent redécouvrir la chanson française et la pop en général.

Par François Vézina

Comme nous nageons ces jours-ci en pleines FrancoFolies, laissons de côté les hommages à King Crimson (magistral Médéric Collignon) ou autres Cure (brillant Pierrick Pédron) pour nous concentrer sur la variété française. On l’a longtemps oubliée, mais à écouter comment certains parviennent à donner de superbes nouveaux oripeaux à ces chansons au passé pas si lointain, on peut espérer que ces brillants musiciens suscitent des émules.

Lire la suite

Les listes de Frank: les prix de 2014

Au début de la liste, en 2011, ce n’était qu’un jeu entre moi et mon pote Stéphane, parti s’établir, le traître, dans une petite ville du Nord de la France. Un classement sans classement. Un prétexte pour parler d’albums que j’aimais. Les prix Vigeant (du nom de l’ami qui m’a fait découvrir le jazz).

Par François Vézina

Cette année-là, on y retrouvait entre autres Pierrick Pédron et Ambrose Akinmusire (déjà), Miles Davis et Giovanni Guidi, Sonny Rollins et JD Allen, Youg Sun Nah et Bill Carrothers. Et même pour me moquer légèrement de lui, Wynton Marsalis. Keith Jarrett eut même droit à sa propre catégorie.

Lire la suite

L’intégrale du Top 50 de Frank

Le Festival international de jazz de Montréal, 35e du nom, est à nos portes. Occasion idéale, donc, de causer jazz et de se souvenir des grands qui ont donné les lettres de noblesses à cet idiome.

Par Philippe Rezzonico

Moment tout indiqué, également, pour vous présenter l’intégrale de la série Le Top 50 de Frank qui a fait fureur sur le site de Rue Rezzonico en 2013-2014. Car quand c’est le temps de causer jazz, François Vézina, il en connait un bout.

Lire la suite

Le Top 50 de Frank (3): Je voudrais tant que tu t’en souviennes

Verni, ce Julian Adderley! Une bonne fée est venue jeter un sort bienfaisant sur ce disque, le seul du saxophoniste chez Blue Note. Une bonne fée nommée Miles Davis.

Par François Vézina

Au moment de l’enregistrement de cet album, en 1958, Miles était déjà très avare des sorties hors de son groupe. Sa présence est un signe évident de la grande estime qu’il portait envers le jeune homme de deux ans son cadet.

Lire la suite