FIJM 2015 : les nuances de l’art vocal

Emma Frank: une voix qui ira loin. Photo courtoisie FIJM/Denis Alix

On la croirait venue d’un pays scandinave, question de look. Où peut-être d’un pays d’Europe de l’Est, en raison de son nom de famille. Emma Frank est pourtant une Américaine installée à Montréal qui propose un jazz vocal qui va bien plus loin que le simple intérêt lié au plaisir de l’interprétation.

Par Philippe Rezzonico

Samedi soir à L’Astral, on buvait ses paroles, on admirait la souplesse de sa voix et on se laissait transporter par la musique aérienne, sensible et riche de la jeune femme très bien entourée par son quartette.

Lire la suite

Catherine au pays de Björk

Catherine Durand, envoutante, hypnotisante et libre. Photo courtoisie Montréal en lumière/Frédérique Ménard-Aubin.

Était-ce parce que la genèse de son disque Les murs blancs du nord est née en Islande? Était-ce parce que Montréal était balayée un blizzard? Je l’ignore, mais jamais le spectre musical de Catherine Durand ne fut aussi large sur scène que mercredi soir, comme si elle avait été influencée par la plus célèbre artiste du pays nordique.

Par Philippe Rezzonico

Entendons-nous, la musique de Catherine Durand n’a que très peu à voir avec celle de Björk, mais son désir de liberté créatrice était au moins aussi grand que celui de la petite islandaise.

Lire la suite

Le meilleur spectacle de Catherine Durand. Promis.

De son propre aveu, Catherine Durand n’a jamais été très bonne pour vendre ses réalisations pourtant fort méritoires. Ça tient peut-être à sa nature un peu timide. Mais une fois n’est pas coutume.

Par Philippe Rezzonico

Quand je lui demande le plus sérieusement du monde pourquoi tout le monde devrait se précipiter ce soir à L’Astral pour assister à la rentrée montréalaise de son album Les murs blancs du nord, elle éclate de rire et lance : « Parce que ce show-là va être le meilleur! »

Voilà. C’est dit. Vous l’aurez lu ici avant tout le monde. Le spectacle que Catherine Durand va offrir ce soir à L’Astral va être le meilleur de sa carrière. Point.

Lire la suite

Francos, jour 8: Soirée de gars

Rock, blues, bière et jurons: Plume a pleinement profité de sa présence sur la Place des festivals. Photo courtoisie FrancoFolies/Jean-François Leblanc

Après avoir croisé le chemin de Catherine Major, Ariane Moffatt, GiedRé, Cœur de pirate, Lisa LeBlanc, Claire Denamur, Marie-Pierre Arthur et Aurélie Cabrel depuis le début des FrancoFolies, il fallait s’attendre à un retour de balancier. Ce fut le cas jeudi. Que des messieurs au programme.

Par Philippe Rezzonico

Première escale : L’Astral où Marc Déry proposait son spectacle «Libre». Liberté de mouvement, sans aucun doute, puisque l’ami Marc était bien seul sur scène. Sauf que la perception d’une performance solo dans le genre de celles qu’offraient Georges Brassens ou Félix Leclerc a bien changé au cours des ans.

Lire la suite

FrancoFolies: Marc Déry, d’hier à aujourd’hui

Marc Déry et sa guitare seront à L'Astral, jeudi soir. Photo courtoisie Maude Chauvin.

On l’a vu en tournée avec des tas de musiciens sur scène. On l’a vu de retour avec Zébulon. Là, on va voir Marc Déry de près. Pas aussi près que lors de sa tournée de chambres d’hôtel du printemps… Mais presque.

Par Philippe Rezzonico

Sur le programme des FrancoFolies, c’est inscrit « Marc Déry solo ». Comme dans « tout seul ». Curieusement, ce n’est pas à ce qu’on s’attendait à l’écoute de son plus récent disque (Numéro 4) paru en septembre 2011, album exultant des mélodies pop. Mais la vie nous réserve parfois des chemins sinueux.

Lire la suite

Francos, jour 4: Histoires du quotidien, de coeur et de cul

GiedRé aux Katacombes. Attention, l'habit ne fait pas le moine. Photo courtoisie FrancoFolies/Frédérique Ménard-Aubin.

Un plaisir récurrent des FrancoFolies, c’est de changer d’ambiance et d’univers d’une salle à l’autre. C’est parfois déroutant au possible. Ce fut le cas dimanche, soirée durant laquelle notre parcours musical a été aussi diversifié que les prises de position du gouvernement et des associations étudiantes dans un conflit bien documenté dont les soubresauts du week-end se sont fait sentir ailleurs que sur le site des Francos.

Par Philippe Rezzonico

Premier arrêt, L’Astral, où Domlebo présentait la version scénique de Chercher noise, projet musical amorcé pour le studio et le cinéma qui vivait sur les planches sans le proverbial filet de sécurité.

Lire la suite

Michel Rivard : retour en classe

Michel Rivard et ses classiques: l'excellence sous toutes ses formes. Photo Catherine Lefebvre.

Maintenant qu’il a mis un terme à ce qu’il désigne lui-même comme étant ses «activités parascolaires», Michel Rivard est enfin revenu à l’école, jeudi soir, à L’Astral. Non. Pas celle des cours dispensés à la télévision ou des rôles au petit écran. L’école de la vie, s’entend. La vraie. La seule qui compte. Celle des planches, où il excelle encore plus qu’ailleurs.

Par Philippe Rezzonico

En fait de classe, c’est plutôt à une classe de maître qu’il faudrait penser tant Rivard a survolé sa «préhistoire» et son «imparfait du futur». Et rien ne pouvait mieux le servir que ce spectacle qui ne servait à promouvoir aucun nouvel album.

Lire la suite

Caracol: chaud mardi

Caracol, sa guitare et son catalogue de chansons bilingues à L'Astral. Photo Alain Décarie.

Carole Facal, alias Caracol, l’a souligné elle-même avant d’interpréter Blanc mercredi. Une chanson portant sur l’hiver quand tous les flocons de neige ont été anéantis par un mercure de 25 degrés au centre-ville, ça torpille ton concept. Un mal pour un bien. Le spectacle que présentait Caracol à L’Astral convenait finalement mieux à une soirée chaude.

Par Philippe Rezzonico

Peut-être bien parce que cette performance n’était pas exactement ce à quoi on s’attendait, ce qui n’est jamais une mauvaise idée en définitive. La scène est là pour surprendre. Les chansons de Blanc mercredi, forcément, étaient attendues. Et l’intégralité de l’album (dix titres) était au menu.

Lire la suite

Rideaux ouverts: Tell quelle

Photo courtoisie Montréal en lumière/Jean-François Leblanc

C’était la rentrée du disque Rideaux ouverts. On ne pouvait trouver mieux. On avait déjà vu Diane Tell dans un contexte de performance intimiste, mais rarement voit-on une artiste se présenter devant public avec le désir d’être à ce point sans fard. Rideaux ouverts ? Fenêtre toute grande ouverte, oui… En fait, lundi soir, Diane Tell été un véritable livre ouvert en mode acoustique et en formation électrique, souvent, longtemps et énormément.

Par Philippe Rezzonico

Ça faisait longtemps que la Québécoise immigrée en France avait mis en marché un disque au Québec avant qu’il ne soit disponible dans l’Hexagone, d’où cette première à L’Astral pour le festival Montréal en lumière. Une seule performance unique. Pas de redite. C’est pour ça que les spectateurs ont remarqué plein de gens filmer la prestation. En vue d’un DVD à venir ? Non. Archives personnelles de l’artiste qui voulait en garder un souvenir impérissable.

Lire la suite

Marie Denise Pelletier : de retour pour durer

Photo courtoisie Montréal en lumière/Reine Mattera

La dernière fois que Marie Denise Pelletier a fait une rentrée montréalaise avec de nouvelles compositions originales, nous étions dans un univers sans Twitter, sans traumatisme post-911 et sans gouvernement conservateur majoritaire. C’était dans l’autre siècle. Mercredi, elle nous présentera ses plus récents titres à L’Astral et elle piaffe déjà d’impatience. Normal. La scène, c’est son refuge.

Par Philippe Rezzonico

Dire que Marie Denise Pelletier a hâte à sa rentrée offerte dans le cadre du festival Montréal en lumière tient de l’euphémisme. On perçoit dans le timbre de sa voix toute l’excitation du moment, comme si elle était une jeune débutante.

Lire la suite