FIJM 2018 : tous les visages de l’Amérique musicale

John Medeski, JT Lewis et Marc Ribot ont été incendiares au Gesù. Photo Frédérique Ménard-Aubin/Courtoisie FIJM

John Medeski, JT Lewis et Marc Ribot ont été incendiares au Gesù. Photo Frédérique Ménard-Aubin/Courtoisie FIJM

L’Amérique n’a jamais cessé d’inspirer les artistes depuis sa naissance, écrivains ainsi qu’auteurs-compositeurs et interprètes en tête. Il n’y avait qu’eux sur mon parcours au Festival international de jazz de Montréal, vendredi soir. Et ils ont célébré leur Amérique quelques jours avant la date de leur indépendance.

Par Philippe Rezzonico

Dans l’intimiste Gesù où se regroupaient John Medeski, Marc Ribot et JT Lewis à 18 heures, cela n’aura pris que 30 secondes à la salle comble pour comprendre qu’une exceptionnelle pétarade sonore les attendaient.

Lire la suite

Harper, Mehldau, Cooder, Stern: la deuxième vague du 35e FIJM

Ben Harper et Charlie Musselwhite. Photo courtoisie FIJM

Ben Harper avec Charlie Musselwhite, Brad Mehldau tout seul au piano, les Chieftains avec Ry Cooder, Marcus Miller, Stacey Kent, Mike Stern avec le band de Bill Evans, le quintette de Kenny Garrett et la 6e présentation de la bataille des Big Bands avec le Glenn Miller Orchestra et le Tommy Dorsey Orchestra. J’en oublie? Normal.

Par Philippe Rezzonico

Normal, car ce sont quelques-uns des grands noms qui s’ajoutent à la programmation du 35e Festival international de jazz de Montréal qui prend forme et qui devrait être gigantesque, comme c’est le cas lors des années charnières.

Lire la suite

L’élection américaine dans la lorgnette de Ry Cooder

Le Québec est campagne électorale. Les États-Unis aussi. En fait, en raison de leur système électoral, les États-Unis sont toujours en mode élections. Mais celle de novembre 2012, c’est la grosse, l’imposante, celle qui est scrutée par la planète entière : La présidentielle. Et Ry Cooder vient de s’y inviter.

Par Philippe Rezzonico

Cooder, c’est bien sûr le vétéran à qui l’on doit la musique du film Paris, Texas, mais aussi un artiste engagé qui n’a pas la langue dans sa poche. Comme c’est souvent le cas chez nos voisins du Sud, ce sont plus souvent les artistes d’allégeance démocrate qui vont au front lors des élections américaines. Et quand c’est le cas, ce sont les républicains qui payent la note.

Lire la suite